XXX année, 1988, Numéro 3, Page 228

 

 

LES ETATS NATIONAUX ET
LE NOUVEL ORDRE ECONOMIQUE INTERNATIONAL*
 
 
Pendant les dernières décennies, plusieurs changements qualitatifs se sont fait jour dans l’économie mondiale. Sur cette base les Etats-nations se sont trouvés dans une situation tout à fait nouvelle. Ces changements sont devenus particulièrement visibles et décisifs à partir des années 70 et ils ont affecté chaque élément de la formation socio-économique.
Les changements structuraux de forces et de rapports de production de l’après-guerre se sont accompagnés de l’internationalisation extrêmement rapide de l’économie mondiale. L’internationalisation a atteint un degré très élevé, qu’elle n’avait jamais connu dans le passé. Ce processus a touché chaque secteur de l’économie mondiale, et ce processus a été accompagné de l’émergence de différents problèmes économiques mondiaux globaux.
L’internationalisation à grande échelle se révéla tout d’abord sous la forme d’une expansion très rapide du commerce mondial. La coopération internationale est devenue particulièrement forte dans la production manufacturière et a conduit à des changements substantiels dans la structure du commerce international. L’internationalisation s’est étendue dans tous les secteurs de la production. L’expansion de la production internationale a été réalisée surtout à partir des années 60, principalement par les multinationales. En liaison avec la révolution scientifique et technique, la coopération scientifique et technologique s’est intensifiée. Le flux international du capital s’est accéléré et l’interconnexion du capital international, surtout entre les pays industrialisés de l’aire capitaliste, est devenue l’une des principales manifestations de l’internationalisation. Le commerce et les flux de capitaux ont été accompagnés par l’expansion et l’intégration à grande échelle des marchés financiers internationaux. Les échanges internationaux des services sont devenus une composante importante des relations internationales.
Dès les années 70, les soi-disant problèmes globaux de l’économie mondiale se sont accentués et leur évidence est apparue à tous. Des problèmes globaux, cela signifie d’habitude, du point de vue historique, l’épuisement croissant des ressources énergétiques, surtout les hydrocarbures, le déficit à long terme de la production alimentaire, la pollution de l’environnement qui, parfois, atteint déjà la cote d’alerte, la croissance de la population mondiale au-delà des possibilités d’expansion économique des pays en voie de développement. L’utilisation de l’espace et des océans peut aussi figurer parmi les problèmes globaux.
C’est un trait commun aux problèmes globaux que leurs causes, leurs conséquences et leurs solutions semblent être principalement de caractère international, qu’ils se manifestent sur une échelle mondiale et que les pays grands et petits ne peuvent les ignorer. En ce qui concerne les causes, les appréciations sérieuses s’accordent généralement à attribuer le gros de la responsabilité de l’aggravation continue des problèmes globaux au développement social, économique et technologique fondé sur la sauvegarde des intérêts nationaux, de groupes ou individuels, qui ignorent en général l’intérêt à long terme de l’humanité.
Le processus d’internationalisation a eu un développement inégal dans les différentes régions du monde. La division internationale du travail s’est accentuée rapidement dans les grandes aires régionales. A partir de la Deuxième Guerre mondiale, différentes tentatives ont eu lieu pour animer des organisations d’intégration régionale, comme le COMECON et la CEE. Elles jouent un rôle d’importance vitale surtout pour le développement économique des Etats les plus petits.
Dans les années 70, dans de nombreux secteurs, ont été prises les dernières mesures pour faire face au processus d’internationalisation et d’interdépendance. Aucun pays ne pouvait éviter de se confronter au problème de l’adaptation au processus d’internationalisation. La mondialisation touche à la fois le niveau national et le niveau international. La crise des années 70 est souvent comparée à celle des années 30. On peut estimer qu’une des principales différences entre les deux crises réside dans les traits pris par l’internationalisation. Dans la crise actuelle, l’orientation vers des mesures nationales n’a pas eu lieu. Au contraire, de nombreux faits indiquent que le processus d’internationalisation s’est intensifié. Bien que les racines de la crise se trouvent dans l’internationalisation et dans sa régulation peu satisfaisante, la majorité des pays ont réagi en poussant le regard vers l’avenir et ont répondu aux difficultés par une plus grande adaptation à la division internationale du travail. Dans certains secteurs, les efforts internationaux de régulation ont été renforcés.
Cependant, on peut dire de chaque secteur de l’économie mondiale que l’harmonie entre le niveau d’internationalisation et d’interdépendance d’une part et le système régulateur des relations économiques internationales d’autre part, a été rompue et que le système économique mondial existant est désormais incapable soit de maintenir le niveau nécessaire de coordination entre les nations, soit de traiter et de résoudre de façon appropriée les problèmes économiques globaux. Il est donc très généralement admis qu’un nouveau système de relations internationales s’impose.
Certains experts expriment l’opinion que l’économie mondiale internationalisée pourrait être gouvernée par un organisme international suprême investi de pouvoirs politiques et économiques. On pourrait lui conférer les compétences nécessaires et au besoin il pourrait donner des instructions contraignantes aux Etats nationaux et aux autres acteurs des relations internationales. De temps en temps, des personnages influents de la vie économique et politique suggèrent l’établissement d’un gouvernement mondial ou bien l’accroissement significatif des compétences des Nations-Unies. Cependant, d’autres se montrent sceptiques quant aux possibilités de mise en œuvre de toute institution supranationale dans l’avenir. On souligne qu’au cours des décennies récentes nous avons pu observer un renforcement du nationalisme et que les Etats nationaux disposent encore des moyens les plus efficaces ainsi que de l’autorité pour réglementer l’économie et faire face aux problèmes les plus sérieux.
La CEE, en particulier, a eu des projets ambitieux d’intégration politique supranationale et beaucoup de gens considéraient l’intégration économique commencée dans les années 50 comme la base des soi-disant Etats-Unis d’Europe. A la fin des années 50, l’idée d’une fédération de l’Europe occidentale était fondée sur un programme défensif en vue d’un renforcement dans le cadre de la guerre froide. Plus tard, dans les années 60, quand la détente se faisait jour, les arguments en faveur de la supranationalité étaient principalement liés à un fonctionnement efficace de l’union économique. Pour soutenir son projet d’union monétaire et économique, la CEE, au début des années 70, formula l’objectif de la soi-disante Union européenne. Elle aurait dû être réalisée en 1980. Mais les vues concernant la nature exacte de l’union politique différaient depuis le début, et par suite de la crise des années 70, les plans pour l’union politique furent remis à plus tard. Depuis la fin des années 70, cependant, dans la CEE des efforts renouvelés ont été faits pour faire avancer l’intégration. Le SME fut lancé en 1979, ce qui conduisit à une coordination étroite entre les banques nationales pour la stabilisation des taux de change, et l’ECU apparut de plus en plus comme une monnaie commune. La coordination s’intensifia également dans le domaine des politiques structurelles, énergétiques, commerciales et conjoncturelles, et un marché commun complet est envisagé pour 1992. Plusieurs pas ont été faits en direction de la coopération politique. On considère de plus en plus qu’une nouvelle étape d’intégration demande des institutions et des structures fédérales ; la perspective d’une intégration politique basée sur des institutions fédérales rencontre un consensus croissant.
Dans ces circonstances, on a l’impression qu’apparaît dans le monde la perspective à long terme d’un nouveau système d’institutions et de régulation des relations internationales. Cela va bien au-delà des institutions et des mécanismes internationaux traditionnels : mais la percée au niveau supranational ne se produit que dans quelques aires régionales, si on s’en tient aux perspectives prévisibles. J’appelle ce nouveau système une structure co-nationale.
J’utilise co-national pour caractériser le nouveau système de relations internationales qui, outre le maintien de la souveraineté nationale, induit une coopération intensive et une large coordination aux différents niveaux (individus, entreprises, organismes gouvernementaux, etc.) de la vie politique, économique et sociale ; dans ce système il y a des possibilités et une réelle volonté de compromis sur la base d’intérêts divergents ou conflictuels et, dans des domaines où il est rationnel et nécessaire, ce système pousse les Etats-nations vers des actions et des conduites collectives.[1]
L’intégration économique régionale, la coordination des politiques économiques, la coopération directe dans la production etc., des traits qui sont caractéristiques du co-nationalisme, sont apparues déjà dans les premières décennies de l’après-guerre. Cependant, le co-nationalisme, basé sur la dépendance mutuelle, n’a pris toute son importance que dans les années 70. Un système co-national est maintenant en train de s’ébaucher, et il peut être considéré comme la tendance des décennies à venir. Le système co-national, considéré du point de vue historique comme le caractère qui marque un certain stade du développement est une transition entre le type traditionnel et le type supranational de coopération internationale. Dans certaines aires et dans certaines régions il apparaît comme une solution à long terme, dans d’autres il peut être considéré un point de départ et une plate-forme pour des structures supranationales ou fédératives.
Les principales caractéristiques générales du co-nationalisme sont, à mon avis les suivantes :
1) lorsque des politiques économiques nationales sont mises en œuvre, il faut prendre en compte les facteurs internationaux. Dans les décennies qui viennent de s’écouler, l’autonomie de la politique économique nationale a connu un certain déclin, mais l’interdépendance n’a pas toujours été prise en considération. L’absence de prise en compte de l’interdépendance a conduit à des tensions entre Etats nationaux. A partir de la deuxième moitié des années 70, néanmoins, un certain nombre de pays ont besoin de s’adapter aux changements des conditions dictées par l’économie mondiale. L’adaptation est progressivement devenue une nécessité dans presque toutes les sphères de la politique économique (la politique structurelle, la croissance économique, les balances extérieures et intérieures, etc.). L’adaptation demande des mécanismes et des moyens spécifiques et l’établissement d’institutions spéciales qui entraînent, par exemple, la modification de la nature de la planification par suite de l’incertitude des facteurs de l’économie. Il est naturel qu’il en soit ainsi car l’adaptation pour un Etat nation n’exige pas seulement une capacité de prévision et l’adoption de mesures concrètes, elle demande aussi des consultations bilatérales ou multilatérales et conduit à un certain type de politiques économiques coordonnées, surtout avec les principaux partenaires économiques (importance de la planification en termes de commerce extérieur et des conditions nouvelles auxquelles tout le système économique doit faire face). A partir de la seconde moitié des années 70, pour obtenir une adaptation plus efficace, un nombre important de pays ont libéralisé leur économie, s’exposant ainsi à l’impact du processus de l’économie mondiale. Ce fut le cas même lorsque les processus économiques mondiaux conduisaient à des tensions politiques et sociales. L’adaptation plus efficace d’une nation à l’économie mondiale a des conséquences de très grande portée en politique intérieure.
2) L’ajustement aux nouvelles conditions imposées par l’économie mondiale appelle un développement intensif et complexe des relations économiques internationales. Cela peut être particulièrement rationnel et possible dans les grandes aires régionales. Par suite du développement permanent, l’importance des institutions créées au niveau régional pour favoriser l’intégration s’accroîtra spécialement. Ce problème est d’une importance énorme pour les pays les plus petits, cependant nous ne devons pas négliger le fait que l’intérêt des pays plus grands pour l’intégration est aussi en train d’augmenter. Les mécanismes d’intégration dans le COMECOM et la CEE iront s’accentuer au cours des décennies à venir et une coopération de production plus étroite (en vue d’ajustements structurels et d’adaptation parmi les entreprises) devront s’intensifier, de même qu’est prévisible le renforcement de la coordination entre les politiques macro-économiques. Dans la partie capitaliste de l’Europe, aux intérêts politiques et économiques communs, le processus d’intégration a graduellement intéressé toute l’Europe de l’Ouest (adhésions nouvelles et dépendance croissante de l’EFTA par rapport à la CEE) même si l’élargissement ralentit l’approfondissement de l’intégration et cause des tensions internes dans la CEE. Dans les aires où un processus d’intégration régionale est déjà en cours, les intérêts sociaux et politiques vont avoir la priorité, et c’est d’eux que dépendront les possibilités de renforcer les relations économiques. En plus des deux phénomènes d’intégration qui se développent en Europe le processus d’intégration gagne également du terrain dans d’autres régions (pays en voie de développement). En dépit du dilemme : choisir une collaboration intensive entre eux ou des liens traditionnels avec les pays capitalistes développés, les pays en voie de développement trouveront que l’extension des relations Sud-Sud est de plus en plus nécessaire et possible. L’intégration régionale n’est pas en contradiction avec le développement global des relations économiques, et l’autarcie régionale aura de moins en moins de sens à l’avenir.
3) Dans la période à venir, l’importance de la coopération internationale dans la production augmentera. Le terme « coopération internationale » intéresse chaque sphère de reproduction, de la recherche au marketing. Par suite des pressions engendrées par la technologie moderne et les changements structuraux, les firmes des pays, petits et grands, sont obligées de coopérer, et dans la vague de changements structurels dans les décennies à venir la coopération internationale se fera de plus en plus intensive. La coopération internationale dans la production est l’un des facteurs les plus importants d’une efficacité accrue. Tirer le maximum des avantages offerts par la coopération de production n’est pas seulement dans l’intérêt des producteurs, mais aussi des économies nationales dans leur ensemble.
En ce qui concerne les économies industrialisées de l’Ouest, la coopération de production devrait se développer dans le cadre d’entreprises transnationales. Les entreprises transnationales jouent un rôle important : elles agissent sur la forme des rapports de puissance au niveau international et le dualisme de leurs rapports de puissance (Etat contre entreprise transnationale) persistera dans l’avenir. Il n’y a aucun doute que les transnationales, en franchissant les frontières nationales, indiquent la direction du système économique co-national. La volonté de les réglementer et de les contrôler dans un cadre supranational pourrait augmenter, bien que je ne m’attende pas à un changement substantiel dans ce domaine. D’une part les entreprises transnationales bénéficient du soutien et de la protection des Etats nation (pays industrialisés) et d’autre part elles s’exposent à un contrôle croissant. Dans leurs activités elles devront s’adapter de plus en plus aux normes de réglementation internationales (telles que les normes de conduite des Nations-Unies, etc.).
4) La coopération co-nationale doit se proposer de gérer et de résoudre les problèmes globaux de l’économie mondiale. Dans notre structure actuelle il est généralement reconnu que ce ne sera qu’en accroissant la coopération internationale que nous pourrons effectuer les changements rendus nécessaires par l’augmentation des prix de l’énergie et des dépenses croissantes pour la protection de l’environnement (transition vers des technologies moins coûteuses en énergie, de nouveaux produits et des projets de développement technologiques complexes nécessitant de lourds investissements). En ce qui concerne la coopération, les pays de taille moindre ne peuvent pas assumer un rôle prééminent ; ils peuvent ou bien suivre les méthodes qu’appliquent les pays développés ou bien « participer » à leur œuvre. Si des changements de structure radicaux sont effectués (introduction de nouvelles sources d’énergie alternatives, nouvelles technologies, produits et infrastructures) la coopération deviendrait un impératif. Bien entendu, l’aménagement des problèmes globaux et la recherche d’une solution est possible dans le cadre de la coopération internationale traditionnelle (coopération de production entre les entreprises, programmes intergouvernementaux, etc.). Toutefois dans d’autres secteurs et pour des problèmes de dimensions particulières, il n’y a de solution qu’en établissant de nouvelles institutions internationales, en introduisant de nouvelles formes et de nouveaux mécanismes de coopération. La plupart des problèmes globaux, en fait, peuvent être définis comme des facteurs externes dans le fonctionnement de l’économie mondiale qui nécessiteraient un financement global. Mais dans l’ensemble nous n’y sommes pas prêts. Pour la solution et la gestion des problèmes globaux, jusqu’ici, seules quelques tâches et quelques buts communs ont été établis tandis que les politiques et actions communes n’ont pas encore pris forme.
Nos institutions économiques mondiales actuelles, nos mécanismes et nos relations d’intérêt sont incapables de régler et de contrôler des processus économiques régionaux ou d’envergure mondiale. A l’avenir, nous ne pourrons agir collectivement que si les intérêts des parties concernées coïncident. Nous devons souligner ce point, puisque l’un des critères décisifs de l’efficacité du système co-national est l’estimation réaliste et le compromis rationnel des intérêts. Mais nous devons trouver des solutions même aux problèmes qui se posent dans les sphères où les intérêts sont difficilement harmonisables, et même des sacrifices sans compensation pourront être faits dans des cas d’extrême gravité (comme les programmes de sauvegarde et de protection de l’environnement à l’échelle mondiale).
Quand nous parlons d’intérêts conflictuels, nous ne pouvons pas laisser de côté la question de la sécurité économique. L’équilibre de la sécurité prend une importance particulière dans le système co-national. En ce qui concerne les matériels ou les matériaux militaires stratégiques ou les territoires d’importance stratégique aucun des super-grands ne veut devenir dépendant d’un autre pays ou d’un facteur sur lequel il ne saurait peser. C’est pourtant une condition requise par la coopération rationnelle ou par le développement conjoint des technologies ou des sources d’énergie, et on peut trouver des solutions en « équilibrant » l’interdépendance et la sécurité. Quant à la coopération co-nationale, on peut s’attendre à ce qu’une politique commune et des efforts pour agir collectivement en vue de la solution de problèmes globaux restent des points faibles de la coopération à long terme. On ne peut s’attendre à des progrès sur ce point qu’au travers des crises.
5) Dans des circonstances données, les différences dans le niveau de développement, les inégalités sociales, les traditions et les valeurs culturelles et historiques différentes pourraient devenir des sources de graves conflits. Notre plus grand souci dans l’économie mondiale aujourd’hui, c’est le fossé qui s’élargit entre les pays développés et les pays en voie de développement. Facteurs internes et facteurs externes sont également importants en ce qui concerne les problèmes du monde en voie de développement. Il serait difficile de dire lequel des deux facteurs est le plus important. Le développement rapide du tiers monde dépend des bonnes relations commerciales et il est de l’intérêt politique et économique du monde entier d’aider ces pays à rattraper les économies développées.
6) Bien que l’interdépendance progresse, peu de progrès ont été accomplis entre les différents pays pour agir ensemble et mettre au point des politiques communes coordonnées. Les mesures à prendre pour coordonner les politiques économiques entre les pays industrialisés (au niveau de l’OCDE et de la CEE, ou des rencontres au sommet des principaux pays) n’ont pas été assez efficaces et ne sont pas allées au-delà d’une simple esquisse des tâches. Bien que des mesures aient été prises dans les années 70 pour améliorer la coordination de la planification des pays socialistes, elles ne sont pas encore à la hauteur des exigences d’une politique économique efficace et complexe. Je considère la coordination extensive des politiques économiques entre les nations comme l’une des tâches les plus importantes du système co-national. Même une certaine coordination des politiques économiques entre pays socialistes et pays capitalistes ou entre pays développés et pays en voie de développement, basée sur une reconnaissance mutuelle des intérêts réciproques n’est pas complètement à exclure. Bien que les rares plans existant pour une coopération de ce type soient parfois apparus comme des rêves, ils pourraient être les bienvenus dans certains domaines dans un proche avenir.
7) Le système co-national est lié au développement ultérieur du système institutionnel des relations internationales. Dans le système co-national, la sphère des participants aux relations internationales (institutions d’Etats nationaux, entreprises, organismes internationaux, etc.) tend à s’accroître et à fonctionner de façon plus efficace. Quant à leurs fonctions, elles devraient devenir plus adaptées aux circonstances qui changent (réforme du système monétaire international). La participation aux organisations internationales devient bien plus large (il en va de même pour les pays socialistes) et cela affecte le caractère et la fonction des organisations en question. On peut s’attendre à ce que, dans un proche avenir, les entreprises des pays socialistes — à la fois nationales et internationales — deviennent des partenaires actifs dans les relations économiques étrangères. Plus particulièrement, en relation avec les dits problèmes globaux de l’économie mondiale, de nouvelles organisations internationales s’avèreront nécessaires avec des mécanismes efficaces capables de contrebalancer les influences négatives du marché mondial (par exemple, solution de l’approvisionnement en denrées alimentaires ou limitation des fluctuations extrêmes de prix).
C’est un trait essentiel du système co-national que tous ses sujets s’efforcent séparément et collectivement de révéler, d’estimer et d’analyser de façon réaliste les processus de l’économie mondiale. Le système co-national commence avec la réalisation et la compréhension de l’interdépendance. Après la Deuxième Guerre mondiale, plusieurs institutions internationales se virent confier des fonctions très étendues d’analyse et d’information. Sous la pression de la crise des années 70, il y eut une tendance à accroître leur efficacité (IMF, CEE, OCDE, etc.). Elles ont fait des enquêtes sur les causes des processus, les alternatives de moyens et d’actions, et la cohérence des politiques économiques nationales. Dans notre monde en rapide évolution, l’importance de la clairvoyance économique a augmenté, et les différents « rapports » des conférences de la dernière décennie (Club de Rome, Comité de la Trilatérale, Comité Brandt) ont servi de base pour l’orientation de la politique et de l’activité des gouvernements et des organisations internationales.
Le système co-national postule une réforme des mécanismes économiques mondiaux dans plusieurs directions et l’acceptation de nouveaux principes et de nouvelles normes de collaboration. Il y a plusieurs problèmes graves qui ne peuvent pas être résolus par les mécanismes actuels de l’économie mondiale (liquidation de la famine mondiale) en dépit du fait que leur solution soit dans l’intérêt politique et économique, à long terme, de l’humanité tout entière. L’application pratique de certains nouveaux principes et normes humanitaires et morales est de plus en plus désirable.
En tant qu’expression des conditions politiques, économiques et sociales, le système co-national peut atteindre des niveaux différents de contrôle des processus.
La coordination et la régulation collective des relations économiques devraient atteindre leur niveau le plus intensif dans les régions relativement homogènes, qui ont des intérêts fondamentalement semblables ou complémentaires. A l’intérieur de ces zones, on peut mettre l’accent sur des organisations créées pour favoriser le processus d’intégration qui dans certains cas pourraient prendre des formes supranationales (CEE). Néanmoins, je pense que les relations co-nationales doivent être traitées comme un système global qui concerne toute l’économie mondiale. Le système co-national n’est pas contradictoire avec le fédéralisme régional, et il peut être la base et la condition sine qua non pour la création, à l’avenir, de structures supranationales. L’internationalisation est un processus d’ampleur mondiale qui a franchi les frontières des différents systèmes sociaux et politiques et des groupes de pays à niveau de développement varié. On peut difficilement contester l’importance des « solutions globales » pour les problèmes du tiers-monde, mais la collaboration co-nationale dans des relations inter-systèmes est également nécessaire dans plusieurs domaines et promet des résultats remarquables. Il n’est pas contradictoire avec une approche générale que dans ces domaines l’intensité et la profondeur de l’interdépendance et de la régulation soient moindres. Naturellement, dans certaines sphères l’explosion des problèmes économiques mondiaux peut modifier fondamentalement le paysage. Par conséquent, il est difficile de prévoir l’avenir du système co-national.
Dans la sphère de la gestion de l’économie, le système co-national signifie, en tout premier lieu, la modification des relations de production dans l’économie du monde et, en étroite connexion avec les profonds changements de la structure de production, il répond aux exigences de la nouvelle ère de l’économie mondiale dans les perspectives à plus long terme. D’après moi, la coopération co-nationale est une nécessité absolue, indépendamment des différences actuelles dans les relations socioéconomiques et les niveaux de développement dans le monde.
Les années 70 ont démontré que les accords et la coopération politiques pouvaient avancer très lentement, même à l’intérieur des mêmes systèmes sociaux et entre des alliés sur le plan militaire, économique et politique, ce qui gênait également le développement de la sphère économique (le développement contradictoire de l’intégration de l’Europe occidentale). Du point de vue historique, un éventuel arrêt du processus de détente serait extrêmement négatif ; de plus, dans certains domaines il y a eu régression en dépit du fait que la thèse marxiste selon laquelle « la coexistence pacifique est une nécessité de notre temps » se soit démontrée parfaitement exacte. Cela est confirmé par les exigences évolutives du système co-national. Par conséquent, les orientations de la sphère politique des années 70 étaient, à bien des égards, opposées aux exigences de l’économie.
Au milieu des années 80, l’espoir s’est levé que les tendances antérieures puissent être inversées et que le type de coopération co-nationale apparaisse de plus en plus au grand jour.
 
Tibor Palankai


* Cet article est publié dans la rubrique « Interventions », dans laquelle nous publions des contributions que la Rédaction juge intéressantes pour le lecteur, mais qui ne reflètent pas nécessairement l’orientation de la revue.
[1] Je suggère le préfixe « co » principalement pour lier synthétiquement les caractéristiques mentionnées ci-dessus, des relations, et je ne le limite pas au sens original du préfixe latin. Je ne tiens pas spécialement à créer des mots nouveaux ou à imposer de nouveaux concepts. Je pense, cependant, que dans le cas de phénomènes nouveaux et importants, on doit donner une explication sémantique des mots en question. L’usage de catégories ou de mots qui sont associés avec de nombreuses autres interprétations peut être trompeur. La dénomination des entreprises transnationales a causé de nombreux problèmes lorsqu’elles ont commencé à se multiplier, et même à présent nous utilisons souvent des terminologies qui peuvent prêter à confusion, parce qu’elles ne révèlent pas intégralement la nouveauté des concepts qu’elles désignent (entreprises internationales ou super-monopoles). A mon avis, le mot international est trop général et, en fait, il inclut également co-national. Nous pourrions parler aussi de relations transnationales inter-Etats, mais cela est facilement associé avec les entreprises transnationales, et le nouveau système régulateur non seulement franchit les frontières mais implique aussi l’action collective. A la lumière des tendances mentionnées ci-dessus le terme de supranationalisme devrait être exclu. C’est pourquoi je pense qu’il y a besoin d’un nouveau terme. De plus ce n’est qu’une question de convention, d’accord et d’habitude.

Partager avec