XIV année, 1972, Numéro 4, Page 196

 

 

LE XIIIe CONGRES DU M.F.E.
 
 
Du 6 au 9 avril 1972 s’est déroulé à Nancy le XIIIe congrès du M.F.E. A l’ordre du jour, outre une table ronde sur le thème « L’Europe pour quoi faire et comment ? » et la discussion du rapport politique du président du Bureau exécutif, figurait la discussion du projet d’unification entre le M.F.E. et l’A.E.F.
Le Fédéraliste publie ici le rapport présenté par Bernard Barthalay à la table ronde ; le rapport écrit communiqué aux délégués avant le congrès par le président du Bureau exécutif, Mario Albertini, et le résumé de son intervention à la tribune. Le Fédéraliste publie en outre les documents approuvés par le congrès, à savoir : la résolution de politique générale, la résolution sur les dictatures méditerranéennes, la déclaration approuvée par le M.F.E. comme contribution historico-idéale à l’organisation qui naîtra de l’unification et enfin le texte de l’accord d’unification A.E.F.-M.F.E.
 
 
RESOLUTION RELATIVE AUX DICTATURES
DANS LA MEDITERRANEE
 
La réalité des dernières années a démontré que l’utilisation de mesures simplement économiques et technocratiques de la part de la C.E.E. a été totalement inefficace pour empêcher l’extension et le renforcement des dictatures dans la Méditerranée.
D’autre part, une association de ces pays aux institutions européennes est inadmissible sans une profonde démocratisation préalable de leurs régimes internes, car autrement elle ne servirait qu’à renforcer ces dictatures.
Seule la création d’une Europe unie sur une base fédérale permettra l’établissement d’une politique extérieure et défensive commune à toute l’Europe. Ainsi s’établiront les conditions pour exercer une pression effective sur les gouvernements dictatoriaux grec, portugais et espagnol et les forcer à se dégager de leur actuelle dépendance vis-à-vis des Etats-Unis.
Les dictatures qui actuellement dominent l’Espagne, le Portugal et la Grèce, étant donné leur caractère nationaliste et antidémocratique, constituent un danger sérieux dans la voie de la Fédération européenne. Le XIIIe Congrès du M.F.E. condamne la continuelle activité antieuropéenne de ces dictatures et soutient les groupes et organisations qui, à l’intérieur de ces pays, luttent pour l’idéal d’une Europe fédérale et démocratique.

Partager avec