V année, 1963, Numéro 2, Page 143

 

 

L’ACTION-CADRE DEMARRE
 
COMPTE-RENDU DE LA REUNION D’AUTONOMIE FEDERALISTE
 
 
Le 29 septembre s’est tenue à Bâle, sous la présidence de Bernard Lesfargues, la cinquième réunion internationale d’Autonomie Fédéraliste.[1] En ouvrant la séance, le président a fait un rapport sur l’état d’avancement de l’action-cadre du Recensement Volontaire du Peuple Fédéral Européen et cité les groupes qui ont déjà décidé officiellement de la mener.[2] Après avoir constaté que les conditions établies précédemment pour lancer l’action sont largement satisfaites, l’assemblée a décidé à l’unanimité de la faire démarrer.
Ont été examinés ensuite les points suivants, conformément à l’ordre du jour établi par le président et approuvé par l’Assemblée:
1) Date de l’ouverture officielle de la Campagne.
2) Mise au point linguistique du règlement de la Campagne et amendements.
3) Rédaction de la brochure explicative.
4) Nomination des membres de la Commission de Contrôle.
5) Eventuel déplacement du siège des réunions d’Autonomie Fédéraliste.
6) Prise de position quant au Parti Fédéraliste (suite à la création d’un Comité d’initiative pour le Parti Fédéraliste par des membres du M.F.E.).
7) Discussion d’un projet de réforme des statuts du M.F.E., présenté par M. Albertini.
L’assemblée a approuvé à l’unanimité la proposition de Guy Plantier de désigner le 29 septembre, soit le jour même de cette réunion qui a vu s’accomplir la volonté de relancer l’action fédéraliste, comme date officielle de l’ouverture de la Campagne, et un jour conventionnel, le 1er novembre, comme date marquant le début des opérations. L’assemblée a également approuvé à l’unanimité la mise au point linguistique du Règlement de la Campagne, un nouvel article concernant le déroulement de la Campagne dans les pays qui l’interdiraient et une mise au point quant à l’âge minimum de ceux qui seraient chargés de recueillir les adhésion ainsi que, avec une abstention, la proposition de confier à Albertini la mission de rédiger la brochure illustrant la Campagne.
L’assemblée a ensuite discuté la composition de la Commission de Contrôle. Elle a fixé à 15 le nombre initial des membres et élu à l’unanimité les personnes suivantes: Braga, Caizzi, Da Milano, Granelli, Cannillo, Aubert, Gandossi, Lesfargues, Gruber, Martin, Pariso.[3] Les postes vacants seront ultérieurement occupés par des amis allemands et français.
Après avoir constaté la position centrale de Bâle, l’assemblée a décidée de maintenir cette ville siège de ses rencontres internationales.
Après un bref intervalle Albertini a présenté une motion relative au Parti Fédéraliste. Bolis, Malcovati, Lesfargues et l’obsetateur Desboeuf se sont exprimés en faveur de celle-ci. La motion a été approuvée à l’unanimité.
Albertini a ensuite informé l’assemblée du fait que, avant la constitution d’Autonomie Fédéraliste, il avait entamé une action de réforme à tendance démocratique et fédéraliste des statuts du M.F.E., et Mme Caizzi a illustré sa proposition de rendre démocratique le fonctionnement des Congrès du M.F.E. L’assemblée a approuvé la proposition de Mme Caizzi de communiquer au Comité central du M.F.E. son avis unanime, suivant lequel le prochain Congrès ordinaire devrait s’occuper exclusivement de la ligne politique du M.F.E. et de l’élection du Comité central, tandis qu’il faudrait réserver l’examen de la Charte et d’une éventuelle réforme des statuts à un Congrès extraordinaire. Elle a pris note du programme de réformes d’Albertini et a décidé de l’étudier.[4]
Avant de lever la séance, l’assemblée d’Autonomie Fédéraliste a décidé que la prochaine réunion se tiendra à Bâle le 25 (le soir, réunion non protocolaire) et le 26 janvier 1964.


[1] Etaient présents, pour Lübeck: MM. Beckmann, Anka Bath, Pariso ; pour Bad Liebenzell: M. et Mlle Martin ; pour Munich: M. et Mme Gruber, M. Fausel ; pour Douai: M. et Mme Gandossi ; pour Lyon: MM. Lesfargues, Plantier ; pour Milan: MM. Granelli, Lega, Gallazzi, Rosti ; pour Turin: M. Palea ; pour Gênes: M. Praussello ; pour Varèse: M. Braga ; pour Côme: Mme Caizzi ; pour Pavie: MM. Albertini, Arbasino, Cannillo, Guderzo, A. Majocchi, Malcovati, Rossolillo, Turba, Zei ; pour Vigevano: L. Majocchi. Etaient présents, en outre: M. Bolis et M. Desboeuf en tant qu’observateur du Comité central du M.F.E., un observateur de Francfort (M. Wiele) et un de Toulon (M. Joly). M. Aubert (de Bordeaux) se trouvant dans l’impossibilité de participer personnellement, avait envoyé une lettre d’adhésion.
[2] Les groupes sont ceux de Milan, Gênes, Turin, Pavie, Côme, Vigevano, Bergamo, Munich, Lübeck, Hambourg, Lyon, Douai, Cambrai, Agen, Pau et Bordeaux. En outre; est probable la participation des groupes de Grenoble, Besançon, Brest, Cologne, Bad Liebenzell, Florence, Venise, Sondrio, Varèse et d’autres villes de la Lombardie et de la Vénétie.
[3] Rappelons à ce sujet que font également partie de la Commission de Contrôle deux membres nommés par le Comité central du M.F.E., à savoir MM. Chiti-Batelli et Magnant.
[4] Ont déjà donné leur approbation à cette réforme: MM. Lesfargues, Plantier, Thiollière, Granelli, Gallazzi, Rosti, Palea, Praussello, Caizzi, Arbasino, Cannillo, Guderzo, A. Majocchi, Malcovati, Rossolillo, Turba, Zei, L. Majocchi.

Partager avec