VIII année, 1966, Numéro 2-3-4, Page 69

 

 

La clef de notre lutte*
 
MARC PAILLET
 
 
C’est pour moi un honneur et un plaisir très particulier que de prendre la parole devant vous en cette ville européenne de Turin où l’industrie de l’homme et les fruits de son génie ont construit l’un des carrefours les plus importants de la civilisation contemporaine.
Car c’est de cette terre piémontaise que sont partis tant d’appels à l’unité et au renouveau. C’était jadis l’étape indispensable de l’unité et du renouveau de l’Italie. C’est aujourd’hui l’heure de l’Europe. Et sur cette terre encore une fois, se lèvent les combattants les plus décidés.
L’Europe était, est et demeure un combat primordial. Un combat indispensable. Un combat urgent. La construction de l’Europe paraît aujourd’hui remise en cause. C’est les fondements mêmes de notre avenir commun, c’est-à-dire de notre avenir tout-court, que les forces du passé remettent en cause. Au moment où il serait essentiel de faire preuve d’audace, les dirigeants des pays européens se laissent égarer par des objectifs subalternes, se laissent fasciner par des faux-semblants et se fient à nouveau aux jeux de bascule stériles qui ont naguère encore fait notre malheur. Ils sont en tout cas incapables de prendre les décisions que la construction européenne devrait imposer au stade où nous sommes arrivés.
Et il s’agit bien de tous les gouvernements, car il ne s’agit pas de faire ni dans l’éloge ni dans la critique du nationalisme même si tel homme d’Etat de très grande renommée porte une responsabilité à la mesure de son prestige et de son nom. Tous ces gouvernements se sont donc laissés enfermer dans une contradiction dont l’analyse est difficile mais qui vaut la peine, je crois, qu’ensemble nous l’entreprenions.
Voici les termes de ces contradictions : d’un côté, l’intégration économique de l’Europe a progressé, mais cette intégration appelle maintenant des mesures d’unification politique ; d’un autre côté, les gouvernements parce qu’ils sont ou qu’ils se croient des détenteurs de la souveraineté nationale éprouvent la plus grande répugnance à transférer les pouvoirs nécessaires à des institutions supranationales, c’est-à-dire, au bout du compte, à un gouvernement fédéral européen.
 Voyons cela de plus près et d’abord les conséquences et implications de l’intégration économique.
Les accords conclus le 11 mai dernier à Bruxelles après huit mois de crise et de négociations difficiles prévoient la suppression des droits de douane entre les six pays du Marché commun dans un délai d’une année et demie. Il semble de cette façon que bien des incertitudes soient levées, du moins en ce qui concerne l’union douanière et que les produits de l’industrie et de l’agriculture pourront bientôt circuler librement chez les Six.
Mais une telle union douanière ne peut être qu’une étape sur la voie de l’union économique plus complète. Si on devait s’en tenir à la seule élimination des barrières douanières, on risquerait toujours qu’une crise quelconque remette en cause ce qui a été acquis. Même ce qui a été fait ne pourra être consolidé qu’à condition d’avancer vers une Europe économique plus complète.
Sur quoi porterait une telle union économique ? D’abord on voit mal comment un seul marché européen pourrait être maintenu alors que les impôts seraient différents selon qu’on se trouverait en Hollande, en Italie, en Allemagne et en France. Il faut donc harmoniser les systèmes d’imposition et les taux pour avancer vers cette union économique indispensable. Il est vrai que les conditions économiques sont actuellement très différentes d’un pays européen à un autre. Si l’on uniformisait les systèmes et les taux des impôts, on pourrait fort bien accroître les inégalités entre les pays qui sont naturellement riches et ceux qui sont moins pourvus. A la base, il faut constater que tel pays dispose en abondance des moyens d’une industrialisation tandis que tel autre a dû travailler durement pour les créer, y compris à une date récente.
Pour donner à toutes les régions comme à tous les individus des chances égales, il faut mettre en œuvre d’abord des réformes dans les structures de la production et de la distribution et ensuite un véritable plan d’aménagement du territoire européen. Cette action doit se proposer deux objectifs : 1) aboutir à un développement harmonieux de toutes les parties de l’Europe et pas seulement des régions qui sont déjà fortes aujourd’hui, et cela à la charge de la communauté toute entière ; 2) mettre l’Europe en mesure d’affronter à armes égales la concurrence internationale et en particulier celle des Etats-Unis.
En outre, — mais c’est une action qui a déjà été entreprise au moins timidement — la marche vers une union économique suppose une harmonisation des charges sociales qui pèsent à la fois sur les salariés, sur le patronat et sur les pouvoirs publics.
Résumons : l’abaissement des droits de douane et leur élimination ne peut être considéré que comme une première mesure appelant la création d’une union économique qui comprendrait une harmonisation des charges sociales et des systèmes d’impôts, un plan d’aménagement du territoire européen et des réformes de structure.
Au delà, c’est sans doute l’instauration, d’une monnaie européenne qu’il faudrait envisager, et une harmonisation de politique budgétaire en attendant que… Mais vous apercevez, chers amis, que dis-je, vous avez déjà aperçu au travers de cette analyse difficile, que les différents domaines touchés par une union économique sont autant de points où s’exerce actuellement la souveraineté des Etats.
Oui, c’est avec réticence que les Etats nationaux ont transféré à la Communauté des responsabilités en matière de charges sociales. Encore les règlements communautaires sont-ils fréquemment violés sur place.
Oui, les Etats répugnent à céder quoi que ce soit quant à la détermination des structures économiques et à la planification. C’est avec la plus grande réticence toujours qu’ils ont toléré l’existence à Bruxelles d’organismes touchant la prévision économique.
Bien entendu, les Etats considéreraient que leur souveraineté serait gravement entamée s’ils se dessaisissaient d’une parcelle de leur autorité quant à la fixation du prélèvement des impôts. En ce qui concerne en outre l’instauration de contraintes européennes en matière de budgets ou la mise en œuvre d’une monnaie européenne, qui n’aperçoit que ces mesures, en effet, signifieraient un coup décisif porté à cette souveraineté nationale qui est l’obstacle essentiel ?
Ainsi, tout ce qui est, nécessaire pour que l’Europe maintienne ce qu’elle a acquis, pour qu’elle se forme davantage, pour qu’elle se développe et pour qu’elle prenne son essor, vient se heurter au même mur.
Si l’on veut progresser maintenant, il faut surmonter cette contradiction. Car, on ne peut pas attendre des Etats nationaux qu’ils se suicident. Ils reposent sur un certain type de légitimité nationale ; ils ont des constitutions qui fixent des droits et des devoirs strictes à l’égard de la nation ; ils expriment des réalités économiques et sociales qui ont certes commencé à devenir européennes, mais qui demeurent encore souvent enfermées dans les frontières du passé.
Les mots mêmes expriment les réticences des Etats quand on aborde les abandons de souveraineté. Oui, ce met d’abandon signifie bien que les mesures en question seraient ressenties comme des amputations acceptées mais dans la douleur et la résignation et non comme la construction d’une dimension nouvelle nécessaire et exaltante.
Ce n’est pas un question de dirigeants pour l’essentiel. Certes, le général de Gaulle a été le premier à a exprimer de la manière que l’on sait le refus d’un Etat national, qui était en l’occurrence la France, de procéder à de nouveaux abandons. Cependant — disons-le ici en confidence — il n’était pas et il n’est pas le seul dirigeant national qui ait adopté et maintenu une position nationaliste.
Nous voici donc chers amis au cœur de la contradiction : l’Etat national doit être dépassé. C’est une tâche essentielle et urgente. Mais les gouvernements qui expriment la réalité nationale actuelle paraissent incapables d’effectuer un tel dépassement.
Pour surmonter cette contradiction, nous devons consulter le livre de l’histoire. Voyons ! Où et à quel moment, les égoïsmes, qu’ils soient sociaux ou nationaux, qu’ils soient ceux des individus ou des groupes, ont-ils été éliminés sans que soient mis en œuvre de grands moyens ?
L’Europe, le combat pour l’Europe a besoin du sang nouveau. Quelques homes politiques ont cru faire une œuvre habile en confiant aux seuls diplomates, aux seuls experts, aux seuls fonctionnaires, le soin de faire parvenir jusqu’à son but l’entreprise de la construction européenne.
Sans doute, n’avaient-ils pas tort de faire crédit à la volonté européenne de ceux qui, notamment à Bruxelles, étaient chargés de mettre en œuvre les décisions arrêtées par les Ministres avec quelques arrière-pensées parfois. Un certain nombre de ceux-là — et nous nous honorons de leur amitié — ont été le plus loin qu’il était possible dans l’interprétation favorable à l’Europe des textes qui leur confiaient des mandats. Mais l’habilité a des limites. Et l’on a vu les dirigeants nationaux adresser à certains des Européens de Bruxelles de mises en demeure qui traduisaient une fois de plus de quelle manière les forces du passé se dressent (avec tout ce qui leur reste de force) pour tenter d’entraver la marche vers l’avenir, c’est-à-dire vers l’Europe.
Il était ainsi démontré une fois de plus que les grandes entreprises humaines doivent reposer sur des mouvements profonds. Il n’y a pas de grande action qui vaille, il n’y a pas de dynamisme, il n’y a pas de succès pour une œuvre qui ne reposerait pas sur la seule force qui a fait et fera les révolutions du monde, sur la force du peuple.
C’est donc le peuple à nouveau, qu’il faut mobiliser au service de cette cause parce que l’Europe est la condition nécessaire, la condition première de toute rénovation dans les pays où nous vivons.
Mais pour arriver à nouveau à faire une gerbe d’énergie avec tant de bonne volonté aujourd’hui éparse et parois lasse, encore faut-il que les travailleurs ressentent profondément que l’Europe est leur cause, et qu’ils ont un intérêt primordial à participer à sa construction.
Je suis de ceux qui n’ont jamais estimé qu’il fallait imposer à la construction de l’Europe des conditions préalables qui auraient été le plus souvent irréalisables. Le mouvement se prouve en marchant. Mais cela ne signifie pas qu’il faut être aveugle ni que l’on doive accepter n’importe quelle construction économique et sociale au nom de l’idéal européen.
Qui, osons l’affirmer hautement, il n’est que trop vrai que l’Europe aujourd’hui est, pour une large part, au service de groupes d’intérêts dont, permettez-moi de le dire, l’intérêt particulier est loin de coïncider avec l’intérêt général.
Ceux qui ont pensé qu’une aventure aussi formidable que l’Europe ne ferait que servir les trusts, ont sans doute mésestimé la dynamique et les résultats de cette construction européenne. L’Europe, quels que soient les désirs des trusts, c’est toute autre chose. Mais, chers amis, cela ne veut pas dire pour autant que les trusts n’existent pas.
Il se trouve que ces groupes économiques et financiers n’ont pas forcément intérêt à une construction politique de l’Europe. Voyez-vous, certains d’entre eux, au moins, utilisent la différence qui existe entre le progrès de la construction économique et les retards de la construction politique. Grâce aux progrès économiques et, en particulier, à l’élimination des barrières douanières, ces groupes s’implantent dans toute l’Europe et ils exercent tranquillement une sorte de souveraineté économique. Grâce aux retards politiques, ces mêmes groupes échappent à tout contrôle démocratique, c’est-à-dire au contrôle que devraient exercer les représentants du peuple européen notamment par l’intermédiaire du parlement, ainsi qu’aux limitations de puissance qu’un gouvernement fédéral européen ne manquerait pas d’imposer.
Il est donc du devoir et il est de l’intérêt de toutes les forces démocratiques, de toute les forces syndicales, de toutes les composantes du mouvement ouvrier, quelles qu’elles soient, d’imposer aux puissances d’argent la limite légitime du contrôle du peuple, d’imposer des objectifs conformes à l’intérêt général et de faire procéder par les représentants de l’ensemble du peuple européen aux réformes de structure et de méthode qui seront jugées nécessaires pour réaliser les objectifs arrêtés. Il est du devoir et de l’intérêt des forces populaires de juguler l’anarchie du développement économique en faisant servir la croissance économique à toutes les régions qui composent notre Europe.
L’un des objectifs essentiels de notre mouvement doit être de permettre aux travailleurs de trouver leur place dans la construction de l’Europe. Il faut leur donner les moyens, secteur par secteur, région par région, et pour l’ensemble de notre communauté, de déterminer les axes essentiels qui devront guider l’action de tous.
Il va sans dire que, pour un tel effort, les syndicats devront avoir la possibilité, dans le respect absolu de leur indépendance, mais en prenant en considération leur force et leur représentativité, de participer, selon des modalités et des formes à déterminer, à l’élaboration, à la décision et au contrôle de l’exécution dans les matières économiques essentielles comme dans la mise en œuvre des moyens devant aboutir à la formation d’un Etat démocratique européen.
Et il va également sans dire qu’il ne peut pas être question en une telle matière d’exclure celui-ci ou celui-là. Le peuple ne se sentira concerné que dans la mesure où toutes les tendances aussi bien syndicales que politiques, dans tous les pays européens, dans toute l’Europe en formation, auront la possibilité de faire entendre leur voix et de participer à cet effort auquel nous convions bien le peuple européen tout entier.
Vous me permettrez de souligner que ce qui est en cause aujourd’hui, et c’est pourquoi notre combat est primordial pour tous, c’est l’indépendance même du peuple européen. Le monde dans lequel nous sommes engagés est un monde de géants. Vous savez tous ici que si l’on dispose d’une dimension nationale trop petite, il devient impossible de jouer véritablement sa partie dans le concert international et de préserver longtemps sa liberté d’action.
Faire de la politique, c’est savoir à chaque période stratégique ou tactique ce qui est essentiel. Jadis, l’essentiel était peut-être de gagner les batailles, quoique l’on puisse sérieusement en douter. Où sont les batailles aujourd’hui ? Voici : nous sommes en présence d’un défi et ce défi est d’abord technique et économique. Si nous continuons à perdre du terrain en matière de science et de technologie et si nous dépendons de plus en plus de brevets d’invention étrangers, pour nos réalisations de toutes espèces, si d’autre part, nos firmes, trop petites et reposant sur un marché trop étroit, deviennent sans cesse davantage déficitaires, et non concurrentielles avant de passer de plus en plus nombreuses aux mains de trusts plus puissants, si les conditions de notre vie économique sont de plus en plus dictées de l’extérieur, alors, je vous le demande, que restera-t-il de notre liberté et de notre indépendance ? Que restera-t-il des entreprises de notre Europe qui a tant donné au monde en mal comme en bien, il est vrai ?
A quoi servirait-il de faire grève à Milan dans le cadre d’une entreprise ayant des usines et des succursales dans les cinq parties du monde et prenant ses décisions à New York ? A quoi servirait-il de lancer un mouvement revendicatif à Paris, si le centre qu’il faut ébranler se trouve à Washington ?
On a souvent reproché aux Américains de vouloir coloniser l’Europe. Ne nous bouchons pas les yeux. Il est bien vrai que nous sommes en danger d’être colonisés. Peut-être avons-nous quelques années seulement pour faire la décision dans un sens ou dans un autre. Il est bien vrai que si nous continuons de la sorte, nous verrons des puissances économiques extérieures s’emparer l’une après l’autre de toutes nos places fortes. Il est bien vrai que, si nous sommes colonisés économiquement, nous ne tarderons pas à perdre toute liberté politique et diplomatique. Et il est bien vrai que les firmes américaines marquent chaque jour des points au détriment des firmes européennes.
Mais après tout, les trusts américains font leur métier de trusts : ils inventent, étudient, vendent, exportent, investissent, s’étendent, et exercent toutes les pressions souhaitables dans les affaires politiques et diplomatiques. Et nous ? nous sommes perdus dans nos querelles dérisoires et dans nos petites ambitions de naguère. Nous remâchons des griefs surannés. Et nous ne faisons pas notre métier. Il ne sert à rien de récriminer. Pour riposter, pour maintenir les bases de l’indépendance et de la liberté, il faut étudier, inventer, vendre, exporter, investir. Il faut dépasser les dimensions nationales héritées du passé. Il faut construire un marché à la dimension des autres. Il faut bâtir un pouvoir politique démocratique et solide. Il faut faire reposer notre construction sur le dynamisme du peuple européen tout entier, de ce peuple enfin rassemblé.
Ainsi, ce n’est pas seulement pour défendre une vue optimiste d’un avenir radieux, mais aussi et d’abord pour survivre que les travailleurs européens doivent combattre. Le maintien de nos meilleures traditions, y compris de nos traditions de générosité prolétarienne, est lié à l’issue de ce combat. Si nous remportons le succès, l’espoir pourra trouver en Europe des combattants. Si non, nous tomberons dans des querelles subalternes, dans le désarroi et dans la défaite.
Ceux qui sont ici ont choisi !
La clé du combat de tant d’énergies rassemblées, c’est l’édification d’un pouvoir politique européen reposant sur la seule légitimité possible : le suffrage universel exercé par le peuple européen. Il faut que l’assemblée européenne y puise sa force. Il faut qu’elle puisse étendre ses pouvoirs et ses compétences. Il faut faire le saut dans l’Europe politique. Il faut s’engager dans le processus qui devra mener rapidement à l’instauration d’un gouvernement fédéral des Etats-Unis d’Europe.
Tout semble aujourd’hui démentir une telle possibilité. Et pourtant ? D’abord, nous l’avons dit, les réalisations économiques elles-mêmes appellent une Europe politique. Ensuite, le monde retrouverait peut-être, mais cette fois sans déplaisir, pour tenter de résoudre les douloureux problèmes qui mettent la paix universelle en péril, la voix d’une Europe unie ayant surmonté ses infantilismes redoutables. Objectivement, l’union de l’Europe n’est pas moins nécessaire aujourd’hui qu’hier.
Les obstacles ? Mais il n’est pas vrai que tel homme politique quelle que soit sa stature constitue un obstacle insurmontable. Nous autres Français, nous avons acquis depuis quelque temps, une certaine expérience en matière d’hommes historiques. Ces sortes d’hommes-là, même s’ils paraissent imperméables a toutes choses, sont cependant sensibles à deux facteurs : la force des faits et les rapports de force.
Les faits, nous l’avons dit, c’est que rien, pas même le maintien d’une indépendance véritable, n’est possible sans une marche résolue vers un gouvernement fédéral européen. Les barrages que l’on tente d’établir sur la base des actuelles frontières nationales pour empêcher notre colonisation seront emportés par les flots de la réalité et ce n’est pas la possession d’un petit armement atomique qui y changera quoi que ce soit.
Quant au rapport de force, il nous appartient de le recréer, en cessant de nous reposer entièrement sur quelques fonctionnaires et en développant l’action du peuple grâce à cet instrument privilégié que constitue le Front démocratique pour une Europe fédérale.
En France même, un nombre restreint d’hommes regroupés en des clubs et des mouvements de pensée ont tenté depuis quelques années une entreprise difficile. Devant la crise évidente de la démocratie, devant les incertitudes de la construction économique et sociale et en présence d’un bilan désastreux de l’Etat national, ils ont voulu faire un inventaire et tenter une rénovation des forces de progrès. Ils étaient peu nombreux au départ et presque complètement ignorés. Mais petit à petit, grâce à une réflexion en profondeur, grâce à une stratégie bien étudiée, grâce à leur courage, ils sont parvenus à imposer aux formations historiques de nouvelles façons de réfléchir et d’agir. Ils ont commencé à bouleverser les stratégies du passé qui avaient mené à la défaite. Les partis traditionnels ont dû compter avec ces hommes nouveaux et avec les courants qu’ils avaient créés. Et si ceux-ci sont parvenus peu à peu à imposer cette stratégie rénovée, c’est qu’ils se rendaient compte, a leur façon, des bouleversements qui s’étaient produits dans les profondeurs mêmes de notre société.
Certes, aucune expérience ne peut être transposée complètement, ni d’un pays à l’autre, ni d’une partie au tout. Mais le fait que si peu d’hommes aient pu, en si peu d’années, bouleverser tant de choses dans une partie de notre Europe et trouver le chemin du peuple doit nous inciter à l’optimisme en dépit de certains aspects du temps présent. Les révolutions qui grondent dans les entrailles de notre société appellent la formation de l’Europe. Appuyons-nous sans réserve sur ces changements économiques et sociaux qui sont profonds, apparaissons à tous comme les traducteurs des nécessités inéluctables qui appellent notamment la formation de l’Europe.
Alors nous traduirons les désirs et les besoins des couches nouvelles de notre société industrielle européenne. Alors nous deviendrons les forces vives de l’Europe et soit par notre propre mouvement, soit par l’influence que nous exercerons, soit par les deux en même temps, nous susciterons par approches successives, dans le peuple tout entier, la marche vers l’Europe.
C’est aux jours sombres que se mesure l’énergie. Peut-être, aujourd’hui, il peut sembler à beaucoup que notre chemin est obscur et que nous sommes peu nombreux. Nous avons pour nous le poids des faits. Grâce à cela, le Front démocratique pour une Europe fédérale deviendra la pierre angulaire de notre destin commun.


* Il s’agit d’un discours prononcé au cours de la réunion du Front démocratique pour une Europe fédérale, qui a eu lieu à Turin, en marge du Congrès du M.F.E., le 1er novembre 1966.

 

 

Partager avec